Corneliu Coposu Fan Page

[FR] Bonțea Oana - Le Premier prix (traduit par PML)

Înapoi la Lucrările Câștigătoare

(RO: Bonțea Oana - Premiul I)

Nom: Bonțea Oana
École: Colege Nationale „Silvania”, Zalău
Classe: X
Enseignant: Ciocian Ioan
Adresse de l'école: Zalău, Rue Unirii, no. 1

THÈME 1 – „La lutte du SEIGNEUR contre le communisme”

Un bateau dans les vagues tumultueuses de la mer

„Les décennies de communisme ont fait plus de mal pour la Roumanie qu'eux des deux guerres mondiales ensemble, parce qu'ils n'ont pas faussé la spiritualité”. Le 11 Février 1945 était un jour noir dans l'histoire de la nationalité roumaine, en signant l'Accord de Yalta, par F. D. Roosevelt, Winston Churchill et I. V. Stalin. Par cet accord la Roumanie passé dans la zone de domination soviétique, plus tard se produit une imposition d'un régime communiste, ce qui a conduit à la dégradation de l'entité nationale des roumains, la perte des repères politiques choisies, dans les camps et les prisons, la lutte pour la sort des roumains et l'élimination de cette „peste” qui s'abat sur un peuple essayé dur. Esprits d'élite ont combattu pour la liberté et l'idéal national, quand les communistes ont mobilisé les forces les plus puissantes et les a envoyés pour arracher des liens de fraternité, de écarter les gens de la cause et de l'amour, mais ils ne peuvent pas détruire l'amour fraternel d'entre eux. Certaines personnes guidées par l'amour du pays et du peuple a également été distingué Corneliu Coposu, personnalité de premier plan de notre vie politique post-Révolution. La lutte de Seigneur a été menée sur plusieurs fronts, il présente différentes formes de résistance de la menace de premier plan, à savoir à titre de: journaliste, homme politique, prisonnier politique et même écrivain, montré son talent en particulier dans les années d'emprisonnement pour garder l'esprit actif.

Dans un premier temps, Coposu, il a fait campagne contre le régime communiste oppressif, il a publié, dans la posture de collaborateur, aux journaux: „Ardealul” du Zaharia Boilă, „Dreptatea”, „România Nouă” – où il était rédacteur entre 1935 et 1938, „Dimineața”, „ABC”, „Zorile”, „Cuvântul Liber”, „Viaţa satelor”, „Ţărănistul”, „Patria”. Après ses débuts à journal du Z. Boilă, brise fraîche et jeune de sa écriture en éruption comme un lave dans les colonnes du journal, alla attaquer les opposants politiques du Maniu, laissant n'est pas rare fois dans l'élaboration de vrai pamphlets. Coposu a écrit divers articles que visant conséquences d'occupation soviétique, le parti du Petru Groza et le régime despotique communiste. Contre l'occupation soviétique et de la fausse amoureux de démocratie, dans l'article „Que doit la Roumanie?”, mentions, comme une prémonition sombre: „Ils se disent patriotes et démocrates, mais ce qu'ils veulent faire avec la patrie et de la démocratie roumaine est de préférence de ne le savoir pas jamais.” Dans ses articles, il insiste sur la dimension de la personnalité du Simion Bărnuţiu, Gheorghe Pop du Băseşti, Iuliu Maniu, le chant les héros, qui mettent parfois l'antithèse de dirigeants communistes, afin de glorifier leur moralité irréprochable dans le journal „Ardealul”.

Un autre plan qui prônait le martyre, pour atteindre idéal national, défiant le régime qui suivit la destruction de la spiritualité roumaine, a été la politique. Il a servi comme secrétaire personnelle du Maniu entre 1937 – 1940, qui l'accompagnait dans toutes les missions et les négociations politiques importantes, suivie de 1940 par son secrétaire politique. Il fut l'un des rares personnes chargées de l'algorithme de chiffrement secrète de la correspondance diplomatique par lequelle l'Opposition négocier la sortie de la Roumanie de l'Axis et son retour au Allies traditionnel. Le 12 Décembre 1944 il a été élu secrétaire de la Délégation permanente de la PNȚ, l'instance dirigeante du parti, a également été nommé vice-président de la organisation PNȚ du comté Sălaj. Grâce à sa persévérance, dans la lutte anti-communiste et promonarchiste, en 1946 il a été élu secrétaire général adjoint de la PNȚ de Ardeal et de Banat. Quelques mois avant les élections, en 1946, a publié l'article „Parler à un communiste”; apparaît le dialogue suivante entre journaliste et interlocuteur: „Tout vous déteste. Vous ne ferez jamais ni cinq pourcentage. – Je reconnaît que nous sommes déteste. Mais nous faisons la majorité électorale.” Ainsi, après le principe de Staline – „Chaqueun vote avec qui veut et sort qui devrait” –, l'élections du 19 novembre ont été truquées par les communistes, la PCR gagne 78,46% des voix. Après la dernière réunion – 3 Juillet 1947 – la PNȚ, deux jours plus tard a lieu le raid de l'armée et de la police au siège du parti de Rue Clémenceau. Le 14 Juillet 1947 de pièges tendus par la Sécurité ont été arrêtés, à Tămădău, des dirigeants de PNȚ (Ion Mihalache, Nicolae Penescu, Nicolae Carandino et Ilie Lazăr) qui suivre aller à l'étranger, à des conseils Maniu. Corneliu Coposu a été arrêté et il, a été élevé du siège du parti, par une compagnie de gendarmes, pour les faits qui intéressent la Sécurité. Le 17 Juillet 1947 Iuliu Maniu etait arrêté avec d'autres dirigeants paysans, suivie le 29 Juillet PNȚ être dissous par le Conseil des Ministres.

À l'âge de 33 ans, quand où il était en face d'une brillante carrière, Corneliu Coposu est arrêté et sera coincé dans les prisons communistes 17 ans et demi, parce qu'il croyait sincèrement à l'avenir démocratique de son pays. La route suivie par Seigneur Coposu, depuis 1947, dans les prisons communistes étaient les suivants: Ministère de l'Intérieur (M. I.), Malmaison, Văcăreşti, Snagov, Piteşti (heureusement avant le macabre expérience de réhabilitation), M. I., Craiova, Uranus, M. I., Jilava, Malmaison, Capul Midia, Ghencea, Bragadiru, Popeşti-Leordeni, M. I., Uranus, Jilava, Gherla, Sighet, Aiud, Râmnicu Sărat, M. I. et d'accueil forcé au Rubla. Le 11 Septembre 1948, il a été transféré à Craiova où la porte de la cellule a été murée pendant 8 mois. Pendant ce temps, il a réussi à creuser un trou dans le mur à la cellule de professeur Hudiță (qui était dans la même situation), trou par lequel ils pouvaient communiquer. Après la confession du Coposu, la démolition de mur était, paradoxalement, une déception, parce qu'on a découvert et opturer la voie de communication. En 1950, il sera puni dans le trou à plusieurs reprises, avec Şerban Ghica, ont été choisis en particulier ceux qui ont joué un rôle important dans les parties historiques. Au point de travail ont été transportés dans des wagons de marchandises, puis creusé et charger la terre pour dix fois par jour, avec une pause déjeuner d'une demi-heure, dans un froid jusqu'à -25°C, à mains nues: „Le travail c'était très difficile ... au Cap Midia, où ... environ de 70 personnes paralysé grâce à grand effort laquelle demandaient les tortionnaires qui se tenait fouet derrière notre dos, nous obligeant à travailler bien au-delà des pouvoirs que nous avions”. Malgré de régime strict de prison, à Râmnicu Sărat, les prisonniers étaient capables de parler les uns aux autres dans le code Morse, utilisé en battant les murs ou la toux. Après 8 ans passé dans prisons communiste, le 16 Juillet 1955 a été condamné à 15 ans de prison dur, sur des accusations de crimes contre la paix et l'activité intense contre la classe ouvrière. Il convient de noter que, enfin juger, après toutes ces années de détention sans aucune base légale, que ce soit inventé, Corneliu Coposu appel, en vain, à toutes les formes possibles de remettre en cause la condamnation, nuancer la résistance et les activités qu'il est un guerrier doué avec un entêtement constructif à son achèvement mission sacrée. Seigneur, ayez différentes maladies: la tachycardie, les rhumatismes chroniques, amigdaloctomie et a eu un spasme cérébral (17 Février 1952), mais rien n'a pas enlevé de la croisade menée par le peuple roumain. Bien qu'il n'était pas apte pour les travaux lourds, cette n'a pas d'importance pour les personnes mal. Quand il est sorti de prison pesait 51 kg, faible si il devait rester plus de 10 minutes à pied et avait du mal à parler. Dans de longues périodes d'isolement total, pour garder l'esprit à l'activité, Coposu „écrit” des milliers de poèmes, parmi lesquels se trouve le célèbre poème „La prière”, il invente et résoud des problèmes de mathématique, il fait de la traduction littéraire. Et quand il n'était pas seul dans sa cellule, il prenez une véritable action d'alphabétisation des prisonniers de droit commun, en utilisant toutes sortes d'improvisations. Je pense que le pire affrontement du communisme avaient en années douloureux d'emprisonnement, quand il est passé au-dessus de toutes les tortures de ce régime sataniques, est restée ferme dans son devoir, il ne pense pas qu'ils abandonnent même dans les moments où la mort serait un soulagement pour les souffrances endurées.

Dernier front où activée le Seigneur était la politique, après la sortie de prison en contactant l'ancien paysan, qu'il a rencontré des funérailles et autres occasions pour re-establishment du parti, sous la supervision de la Sécurité. En 1970, selon les rapports de la Sécurité, Corneliu Coposu a développé une réorganisation du PNȚ, pour laquelle il a été mis en garde, conduisant à perquisitions au domicile sous les contrôles de police et de couverture des contacts réguliers. Le 14 Novembre 1971 Coposu stipule que en année 1947, lorsque les affaires Tămădău, Maniu seul il a dit: „tu es comme mon enfant, peut-être un jour à ma place, par tout ce que nous alons passer tu ne devrais pas penser une seule moment à quitter le pays. Je suis sûr que je vais finir en prison communiste”. Coposu dit „alliance que j'ai conclue et je serai fidèle à la vie”, cette déclaration soulignant la fidélité pour le Seigneur à son mission, du peuple roumain et du estimé Maniu. Corneliu Coposu est arrêté et enquête pour la dernière fois, pendant trois jours (12 Décembre 1989). Globalement, après la libération de 1962, supporte 27 perquisitions à maison et des dizaines convocation à la Sécurité. Le 16 Décembre 1989 est le début d'une révolution à Timișoara, et le 21 à Bucarest. Du 21 au 22 Décembre 1989, dans la maison du Corneliu Coposu est délivré l'Appel du PNȚCD, initialement signée par 10 personnes, comme beaucoup l'avaient pu être trouvées, y compris: Ion Diaconescu, Ion Puiu, Ion Barbuş, Sergiu Macarie, Nicolae-Ionescu-Galbeni, Ioan Lup. Le 26 Décembre Corneliu Coposu fait un appel téléphonique à Cluj pour Ion Andrei-Gherasim, petit-fils de Ilie Lazăr, de proposer d'être son chef de cabinet, qui a également été faite, et le lendemain, appelé Ioan Huiu à Bucarest pour la réorganisation du partie. Le 8 Janvier 1990 se produit récréation officiel du Parti National Paysan-Chrétien et Démocrate, dont le président est élu Corneliu Coposu, et dans le Congrès UECD à Bruxelles le 1er Février 1990, les partis adhère au corps. À 27 Septembre est réélu président du PNŢCD. Les élections locales donner gain de cause, au moins dans les grandes villes, de la Convention Démocratique de la Roumanie (9 Février 1992). Coposu, membre du Conseil de l'Union Européenne Chrétien-Démocrate et dans l'Organisation Internationale Chrétien-Démocrate, participe à congrès du parti homologues PNȚCD dans les différents pays.

Le 13 Juin reçoit „Le Prix Flame”, en reconnaissance de sa conduite morale. Le 5 Décembre 1994 a déclaré au journal „Ziua”: „Le parti au pouvoir va se briser lorsque qu'il quittera le pouvoir”. Obtenez le grade d'officier de la Légion d'Honneur (6 Octobre 1995), de françe, la décoration est décerné à Bucarest, par le désir de Seigneur de se trouver parmi les roumaines dans un moment si spécial. Dernière apparition publique de Coposu a lieu à la Conférence Nationale des Femmes du PNȚCD. Le 11 Novembre 1995 meurt le martyr du peuple roumain, le décès est enregistrés aux 09:22. Seigneur Coposu était un torrent impétueux qui a dépassé le lit et balayée les barrières. A rompu des rivages, à briser des rochers et des montagnes quels ont été dans la voie de la justice, ce qui reflète dans le profonde des vagues une amour incommensurable pour le peuple roumain.

THÈME 2 – „Queles personnalités on influencé la formation des jeunes C. Coposu”

Modèle parmi les modèles
Il ya des gens qui résistent à l'épreuve du temps et de devenir des exemples vivants de qualité absolue

Grand homme politique Corneliu Coposu (1914 – 1995), dont la vie a été identifié avec le destin des roumains dans la seconde moitié de notre siècle, est né dans le merveilleux région de Pays de Silvani, zone unique dans l'espace d'entrer les Carpates, ce qui a donné l'histoire et de la spiritualité roumaine la personnalité d'exception. Ce grand fils de notre nation qui tire sa sève choisi ses qualités humaines, il a montré comme dirigeant politique, patriote et fils dévoué de l'Eglise Gréco-Catholique, dans les générations successives des officiaient de l'autel, des militants de premier plan pour les droits des roumains de Ardeal et grande éprise de nation, de la langue et de la terre ancestrale. Corneliu Coposu ne peut être connu dans toute sa complexité sans capturer son descente généalogique, environnement familial dans lequel il a formé et les gens qu'il aimait et lui pardonna en toutes circonstances, avec un sens apostolique, qu'il a seulement „vraiment esprits choisi”. Ses ancêtres maternels, et sur la paternelle „viennent des profondeurs de l'histoire” et a fondé l'Eglise Gréco-Catholique en Ardeal, puis d'écrire, une page brillante dans les années tumultueuses, liée à Supplex mouvement, aussi bien que la Révolution de la 1848 – 1849 en Transylvanie. La famille Coposu a été impliqué dans le Mouvement National de la Pays de Silvani, qui sur l'impulsion novatrice du temps, défendre les intérêts du roumains soumis à un régime d'oppression sous Monarchie Austro-Hongroise.

Un doyen du Seigneur était Andrei Coposu, père du prêtre Grigore Coposu, grand-père paternel du Cornel. Valentin Coposu, père du grand politicien, est né en 1886. Théologien Valentin gardé un contact étroit avec les leaders nationaux du Sălaj et assister à des rassemblements politiques et les manifestations culturelles organisées par le Département Sălăjan de l'Astra et Rencontrer des enseignants de Sălaj. Il est remarquable que il a moralise la commune Bobota, a réussi à éliminer de la mentalité des peuple la violence et de créer une sorte d'opinion du entier village, dans lequelle a été considéré comme honteux de se battre. Un autre grand-père du Seigneur était Gavril Vaida, Grand-père, également appelé „plus honoré”, de la part de sa mère. Archiprétre Vaida de Glod était un grand patriote, l'hébergement dans sa maison de plusieurs réunions du Parti National de Transylvanie. Un de ses conseil, que la famille applique aux enfants, était l'obligation de confesser tous les torts pendant la journée, de demander pardon à ceux que j'ai offensés et pour nous réconcilier, parceque le très estimé en disant: „Ne laissez pas le soleil se coucher sur votre colère.” Gavril était un grand combattant pour la cause nationale et croyaient au destin de ses gens, mais il n'a pas vécu assez longtemps pour voir son rêve réaliser. Sa fille, Cornelia Vaida, se marié avec Iulian Ancean et avait trois enfants: Simion, Valer et Aurelia la mère du Coposu. Aurelia Coposu, doté de choisis qualités pédagogiques, avaient un vaste horizon intellectuel, éduqués de petite dans l'esprit de l'amour de la nation, l'église et la langue ancienne. Il a aidé son mari et son frère Valer pour la préparation des gens du Bobota, de participer, dirigé par Valentin Coposu, à la Grande Assemblée Nationale d'Alba Iulia. Aurelia était une „icône sacrée”, dont la mémoire, son fils Corneliu portait dans son cœur, comme un joyau, pendant la mort.

Un rôle fondamental dans la formation du grand homme politique ont eu des gens qui ont les mêmes idéaux, les gens qui se sont battus pour la suprématie de l'élément ethnique nationale dans l'administration de la congrégation et le salut du peuple roumain. Corneliu Coposu avoir quelque chose de la force impressionnante de Gheorghe Pop de Băseşti, d'audace de Bărnuţiu et de sagesse de Iuliu Maniu, personnalités de Sălaj qu'il aimait et respectait le plus. Iuliu Maniu comme une lumière jaillissant dans l'obscurité impénétrable, comme une couronne de montagnes enneigées au milieu de désert chaud dans le feu de la passion, il a été élevé au milieu des rangées: „L'homme droit non écouter pas seulement que la voix de la conscience. Sa conscience ne peut être ébranlée ni par la persécution. Il marchera raffermir, jusqu'à la mort, par le chemin éclairé de la conscience.” Augmenté de petite dans l'esprit du Bădăcin était naturel que pour son mentor à consacrer une grande partie de ses articles, parce que, comme raconte sa distingué sœur Flavia, Iuliu Maniu était, apres son père, l'homme qu'il a vénéré et aimé plus dans la vie. À propos de Maniu, Cornel dit que: „il a représentés la spiritualité et la pensée roumaine de notre siècle. Comme son oncle Simion Bărnuţiu, est à mon avis le personnage le plus important du siècle dernier en matière de pensée politique et de génie qui il a fait preuve dans ses livres et des idées, anisi Maniu, en siècle prochain, représente la quintessence de la spiritualité roumaine”. À côté de serviteur fidèle et inébranlable de l'amour des gens, Iuliu Maniu, ont été trouvés et d'autres illustres personnages qui ont influencé le Seigneur.

Le frère de Sphinx du Bădăcin, professeur universitaires Cassiu Maniu à représenté dans les années d'étudiants universitaires du Seigneur d'une boussole morale qui a bénéficié de son l'amour et de l'estime, incorporé dans sa mémoire de la passion des enseignants, qui toutes les heures transposer les étudiants dans un pays lointain, séduisant eux avec son enthousiasme et son dévouement pour le cours. Nicolae Carandino, journaliste, chroniqueur plastique et dramatique, a était le maître qui a observé le développement du journalisme de distingué martyr, travaillent aux journal „Dreptatea”, où débute le Seigneur. Simion Bărnuţiu, un héros de l'esclavage passé du peuple roumain, en Ardeal, roulé dans les profondeurs de la souffrance politique et appuie plus fort de l'injustice de la domination, a était un grand archange de lumière, qui se trouvait dans l'un des carrefours les plus difficiles de notre l'histoire. Gheorghe Pop de Băsești a était le Patriarche cause roumaine, un homme providentiel qui aimait son pays et sa nation, il a lutté contre ceux qui étaient coincés comme des insectes dans le sang roumain, il a lutté pour que la justice et la vérité se lever comme le soleil. Inocenţiu Micu, le premier évêque de Blaj, par sa forte personnalité de combattant intrépide, est resté dans l'histoire comme l'énergie créatrice qui a façonné la conscience et la lutte nationale et la nostalgie de la liberté de notre peuple opprimé. Andrei Şaguna a été le premier président du Parti National Roumain de Transylvanie, né des grandes tourbillonnement des âmes roumains qui aspirent à la liberté. Andrei, plus grand évêque orthodoxe des roumains de partout, tenu à la main, près de la tige de berger des âmes, le sceptre difficile de chef politique de la nation qui s'est réveillé à la vie. Le Roi Mihai a était un homme de haute moralité, dont la compréhension et l'amitié se apprécié Corneliu Coposu, le roi représente aujourd'hui un symbole de la résistance communiste, qui a duré plus de passage inexorable du temps.

Ces modèles ont été une boussole morale pour Corneliu Coposu. Le Seigneur était, pour ceux qui le connaissaient, l'incarnation de la modestie et de l'équilibre. Son grand mérite est de ne pas être contraint de placer les choses, de les laisser gérer leur lit naturel, convaincu que le temps va mettre tout cela en place, selon un proverbe roumain: „ l'eau passe, les pierres restent”. Et, en effet, Corneliu Coposu était une de ces pierres, avec des tailles de pierre, sur laquelle les vagues et les vents de temps passées en laissant inébranlable au devoir. Le Seigneur était un homme parfait, baigné dans les plus belles vertus, qui suivie seulement l'intérêt du peuple, et nest pas intéressées à obtenir des honneurs ou d'accumuler des richesses.

THÈME 3 – Définir le concept – Économie sociale de marché –

À la création de l'Union Européenne, les idées de force ordolibéralisme allemand ont été imposées dans les différents stratégies et traités qui régissant les actions communes des pays membres. Ordolibéralisme est la forme entre le synthèse de les doctrines chrétiennes, sécularisme ancienne et contemporaine et le néolibéralisme économique, basée sur les traits de caractère germaniques. Un exemple est la définition de l'économie dans les pays de l'UE comme une „économie sociale de marché”, un concept proposé pou la premier fois par le penseur allemand de lignée ordolibéral Alfred Muller-Armack. L'économie sociale de marché nécessite l'accès à la prospérité de toute la communauté et non pas confisquer la richesse par des petits groupes, généralement associées à des monopoles. Co-inventeur du concept était un célèbre homme politique allemand, membre de l'Union Chrétienne-Démocrate (CDU) et le chancelier fédéral entre 1963 et 1966, Ludwig Erhard. Il était un éminent représentant de l'école économique ordolibérale – un libéralisme économique qui fournissent un rôle-clé pour état dans la société.

Groupe de réflexion „Ordolibéralisme et l'économie sociale de marché en Roumanie” a été établie et activer avec le soutien de Filiale en Roumanie de la Fondation Konrad Adenauer et l'Institut d'Education Populaire. Ce document est préparé par un groupe de réflexion composé d'économistes, hommes d'affaires, des avocats, des politologues, des journalistes, des jeunes entrepreneurs et des philosophes, qui voient en ordolibéralisme un point de repère juridique.

Toute la vitalité sociale et politique est basée sur l'activité économique de la nation. L'économie sociale de marché, axée sur le développement durable, est un concept chrétien-démocrate, assurer à tous les citoyens: la liberté individuelle, l'égalité des chances, l'inviolabilité de la propriété privée, le progrès social et l'amélioration des conditions de vie. Les principes fondamentaux du programme sont l'équité sociale et la performance, la compétition et la solidarité, la responsabilité personnelle et sociale. L'économie sociale de marché intègre harmonieusement l'ordre de le marché libre avec l'ordre commun des éléments sociale. L'économie sociale de marché se distinguer comme le système économique tant du socialisme, et aussi par laissez-faire du capitalisme. Contrairement à ce dernier, l'économie sociale de marché combine une réglementation des intérêts commerciaux privés avec les règlements de l'État dans l'économie, dans le but d'établir la libre concurrence, un hautement d'emploi main-d'œuvre, à avoir faible taux de chômage, un niveau de vie élevé et des conditions de travail appropriées.

Ce concept favorise les idées suivantes: la libre initiative et la concurrence encouragé; en résolvant le besoin de capitaux en attirant les investissements; l'obtention de l'équilibre social en atténuant les effets de la libre concurrence et les mécanismes du marché; encourager le partenariat social, limitant l'implication de l'État dans l'économie; protéger les personnes défavorisées à partir d'un équilibre et la protection de l'environnement.

Le but de l'économie sociale de marché est d'assurer le bien commun et la prospérité de la population. Il préconise un nouveau concept de richesse et de croissance économique. Bien-être n'est pas seulement matérielle mais aussi spirituelle, donc la croissance économique est d'autant plus que l'augmentation de l'offre de produits et services. En bref, la croissance économique est durable, dans le sens de la protection des ressources naturelles, y compris l'énergie, utilisant des ressources renouvelables et l'adaptation des technologies modernes et „propre”, qui n'affectent pas de manière irréversible l'environnement. Cette façon de penser est basé sur le concept de conservation de la Création, sur l'unité de l'homme et la nature. Il est donc nécessaire de soutenir le développement d'une société de la connaissance, en faisant appel à l'intelligence humaine, la science et le développement de nouveaux champs de la biotechnologie et le génie génétique, et les nouvelles sciences des matériaux.

En conclusion, l'économie sociale de marché mis en place un consensus dans la société, qui cherchent la paix, la stabilité et la prospérité au sein de la société, et de ses relations avec les sociétés voisines, parlant du développement économique mondial.

THÈME 4 – Interview – La Mémoire orale

J'ai appliqué l'interview du monsieur Ciocian Ioan.

1. Beaucoup de gens ont souffert sous le régime communiste. Pouvez-vous nommer quelques dissidents, en précisant les mesures qu'ils ont prises pour protéger les valeurs démocratiques?

„Dissidents roumains ont risqué leur vie en luttant contre le régime communiste, qui a détruit les structures démocratiques imposant une dictature de parti unique fondé sur l'idéologie proletcult qui a fait apologie de „l'homme nouveau” et de l'athéisme. De nombreux paysans et les politiciens se sont battus contre le communisme dans les parties PNŢ et PNL, mais en 1947, ils ont été interdits et leurs dirigeants ont été emprisonnés et jugés pour trahison. Ils étaient sortis de prison en 1964 et de continuer, avec le même enthousiasme, la lutte contre ce système monstrueux. Après la nationalisation en 1948, la forte résistance des „partisans” de Muscel, Vrancea, Maramureş, les Montagnes du Banat inclus des groupes armés, qui se sont opposés à la Sécurité par des détachements de 10 – 40 personnes composée d'anciens officiers, légionnaires, anciens membres du PNL et PNŢ, des intellectuels, des prêtres, des enseignants et des étudiants. Tous ces dissidents ont été pris en charge par les populations de ces zones, ils fournissent de la nourriture, des vêtements et un abri. Ceux qui ont combattu dans les montagnes demandant les roumains de garder la foi dans l'histoire de la démocratie et de la primauté du droit, dans l'espoir que les américains viendront à aider les pays d'Europe de l'Est. Des groupes bien organisés, équipés d'armes pendant la Seconde Guerre Mondiale ont activée à: Piteşti, Braşov, Suceava, Galaţi, Oradea, Cluj, Timişoara, Craiova, Constanţa. D'éminents dissidents étaient: les frères Arnăutoiu, Blănaru, Bahnă, Blidaru et Gheorghe Arsenescu. Un rôle important a été joué par la catégorie des résistances de l'exil, qui a mené une campagne animée contre le régime d'occupation soviétique, exigeant un retour à une société démocratique et indépendant. Dans cette action, ont été remarquer: anciennement Premier ministre Nicolae Rădulescu et anciens ministres des affaires étrangères Grigore Gafencu et Constantin Vişoianu. Des érudits comme: Paul Goma, Mihai Botez, Vlad Georgescu, Monica Lovinescu, Mihnea Berindei ont sévèrement critiqué le régime communiste imposé de Nicolae Ceaușescu dans les années '80 du dernières siècle de les stations de radio: BBC, „Vocea Americii”, „Europa Liberă”. Dans les dernières décennies de la dictature de Ceaușescu, dans la condition de violations des droits et des libertés humaines se manifeste le phénomène du dissidents intellectuels, notamment: Doina Cornea, Dan Petrescu, Radu Filipescu, Virgil Tănase, Ana Blandiana, Mircea Dinescu, qui a critiqué le culte de la personnalité, qu'on appelle a respecter les droits de l'homme et des réformes démocratiques. Roumaine dissidents ont contribué à la connaissance des atrocités communistes à l'étranger et se hâta la chute du communisme en 1989.

Au sein de ces dissidents politiques, je me souviens de Iuliu Maniu et Corneliu Coposu, personnalités du Sălaj que j'aime et admire le plus. Ils ont travaillé dans le P. N. Ţ. entreprend plusieurs activités pour éliminer le système totalitaire communiste.”

2. J'ai lu dans les livres et entendu d'histoires de beaucoup des gens qui me souviens de l'horreur de l'époque communiste, parce qu'ils ont beaucoup souffert, à la fois en raison de personnes de la Sécurité, et au cause de les dénonciateurs. Vous avez souffert sous le régime communiste; au cause des personnes de la Sécurité ou de les dénonciateurs?

„Oui, j'ai souffert pendant le régime communiste, malheureusement il a commencé à un âge précoce. Un matin, j'ai quitté mon village natal Domnin, à pied, pieds nus dans Zalău, parce que je voulais apprendre à l'école. Après deux semaines, j'ai vécu un moment très difficile – j'étais orphelin, fils d'un paysan en particulier, et c'est pour cette raison que j'ai été expulsé de l'école. Mon père a parlé au directeur et lui ai dit combien je veux apprendre, notant que recherchent souvent des livres, à la fois dans notre village et dans le voisinage, moi de profiter de leur lecture. Le directeur lui a proposé de rejoindre à collectif, mais dans notre village n'était pas, si quelque chose ne pouvait pas. Puis lui a conseillé de parler au le Conseil Populaire d'être embauché concierge, mais cela n'a pas été possible parce que le poste a été pourvu. Malheureusement, je suis resté à la maison cette année-là, pas le droit d'étudier parce que j'étais orphelin, fils de paysans particuliers... En Mars l'année prochaine venue un officier de l'école militaire de recruter des enfants. Un homme du village lui a demandé de venir à nous, disant qu'il le fera la charité si nous aidons. Quand il est entré dans la porte, j'ai été impressionné de sa tenue. Il m'a dit qu'il me ferait officier et moi été très heureux de ce que j'avais entendu et car je ne dois porter des sandales, mais je porte des bottes polies comme celui-ci. Mes rêves ont été brisés et cette fois, parce que peu après avoir été renvoyé de là pour la même raison: mon père était un paysan particulier, n'était pas un membre du parti. L'année prochaine, le prêtre dit à mon père de me faire prêtre, et il dit: Dieu, père, vous avez également entendu que le pauvre homme à devenu prêtre? Bien qu'au premier abord douté de mon père que je serai en mesure d'étudier et cette fois, je suis allé à Cluj au séminaire. Rien de ce que j'avais sur moi n'était pas la mienne quand je suis allé là-bas, j'ai eu des sandales, parce que j'avais honte d'y aller avec sandales, et quelques vêtements. Lors du séminaire, je n'avais pas d'argent pour les impôts, je suis allé avec les ordures de l'école de Place Victoria à Place Mihai Viteazu et je suis allé le matin à fabrique de pain pour apporter pour toute l'école, en échange de 2 pains de 200 g. Pendant le régime totalitaire ne sont pas offerts bourses ou d'aides financières.

Dans la semaine quand éclate la Révolution au Timișoara, le mercredi, j'ai été appelé à la Sécurité et a été menacé et insulté des personnes de la Sécurité. Ne pas me battre, mais j'ai été accusé d'être le dernier Noël que j'ai eu chanteurs de Noël et ils sont tous allés à pied chants de carol entre la Cathédrale et la rue Florilor. Alors, ils m'ont demandé cette année de ne plus recevoir, ce que je ne pouvais pas faire. Vendredi paru dans le journal le slogan „A bas le communisme!”, et à 13:00 le colonel est venu vers moi et dit: Père, je reçus l'ordre de désarmer la Sécurité et on m'a demandé d'aller avec l'autorité morale du Comté. Nous sommes donc allés à la Sécurité, et parce que il est entouré, les gens ont déposé les armes.

Je n'étais pas en mesure d'être verser à la Sécurité, mais dans notre village matin est venu la voiture noire pour prendre des gens qui ont eu une influence „négative”, dans la conception du communiste, sur la communauté. Parmi eux se trouvaient des hommes de base de notre village, comme: secrétaire, enseignant, prêtre et le peuple qui sont verser de contre informateurs parce que s'opposer au régime. Je me souviens que le prêtre a été battu et laissé sans dents, ne pas avoir la permission de se retourner à notre village. Une chose qui m'a touché a été l'histoire de mon ami journaliste Ion Zubaşu, qui a eu diverses publications dans le journal „Romania Liberă”. J'ai demandé, au cours d'une réunion du PNȚ pourquoi il est si incisif avec la nomenclature. Il a répondu: „Non, je ne suis pas comme il se doit, je suis né en prison.” Il a raconté que son père était le premier conservateur de l'église et président des paysans du village. Pour cette raison ont dû fuir et se réfugier dans les bois, mais il est venu à l'occasion, furtivement, à la maison. Les agents de Sécurité ont du mal à sa mère pour lui trouver, mais elle a affirmé ne pas revu depuis qu'il a quitté. Avec des informations provenant d'un informateur, dans une soir les personnes de la Sécurité se tenait en embuscade et quand il voyait qu'il revint, entourait la maison. Quand se lumière de jour son père, avec sa mère et ses trois enfants sont sortis. La famille a vécu des moments terribles, assister à la fusillade de son père, sans pouvoir faire quoi que ce soit. Sa mère a été emmené en prison, où il est né l'estimé.

Les gens ont beaucoup souffert sous le régime communiste et a vécu avec la crainte qu'ils seront poursuivis à Sécurité par contre informateurs, qui étaient partout et et le profit des fonctions, des avantages matériels et des avantages de toutes sortes, ce qui ils ont prouvé traîtres aucun sentiment et la dignité humaine. Et aujourd'hui, chaque jour, en marchant parmi nous anciens versés et anciens communistes qui ont commis des crimes contre leurs pairs et de manquer ce régime despotique.”

3. Pendant le régime communiste les politiciens ont été répartis dans les militants du parti et les opposants. Qu'est-ce que, dans votre conception, la différence entre un militant du parti et un opposant au régime?

„Un militant du parti ou de la nomenklatura est une personne qui occupe un poste au niveau du parti et mettre en œuvre le programme du parti communiste, en violation des principes et des droits de l'homme. C'était un homme invertébré qui, s'ils devaient tuer, tuer, s'ils avaient à battre, battre. Habituellement militants ont été des instruments de structures du parti, qui ont profité pendant du régime communiste des fonctions, le statut social privilégié et prises des décisions sans penser qu'ils nuisent à leurs pairs et portent gravement préjudice pour le pays et le peuple roumain. Un adversaire du parti est un homme de dignité et de courage qui s'opposés ouvertement ou „masquées” au décisions de parti qui l'instrumentant les militants aux niveaux central et local. En Roumanie, la grande masse des gens s'opposés „non spectaculaire” au régime imposé de Gheorghiu Dej şi Nicolae Ceauşescu. Une tactique „non bruyante” de résistance collective a exister dans toute la période de 1945 – 1989. Une résistance particulière a été manifestée même par des membres du parti, qui parfois contesté l'écart croissant entre les paroles et la réalité. Il est un fait que, dans Décembre 1989, Ceaușescu a décidé d'abandonner le pouvoir quand il a appris que vers le centre-ville se dirige les travailleurs de les grands sites industriels. Les statistiques montrent que la plupart des travailleurs étaient membres du Parti communiste.”

4. Beaucoup de politiciens ont décidé de lutter contre le communisme à l'étranger, parce que, pour eux, dans le pays la situation était critique. Vous savait des cas des personnalités qui ont agi en diaspora, contre le régime communiste?

„En diaspora a agi des personnalités dévoué a la Roumanie et au peuple roumain: Ion Raţiu, Grigore Gafencu, Vlad Georgescu, Mihnea Berindei, Noel Bernard, Emil Cioran, Paul Goma. Ces points de repère politiques et morales ont agi dans la diaspora faisant face là avec des personnes de la Sécurité infiltrés parmi eux.

A cette époque j'écoute le „Europa Liberă”, parce que ceux mentionnés ci-dessus nous dit ce qui se passe réellement en Roumanie, ce que nous ne savions pas. J'écoute à „Europa Liberă” à propos de Paul Goma, qui dans notre pays a été considéré, par les communistes, un traître. J'ai entendu à la ce radio que un personne de la Sécurité a été envoyé pour tuer Paul Goma. La personne de la Sécurité avait un stylo dans lequel était le poison, pour lui. Dans un repas en commun a eu l'occasion de remplir sa mission, mais avec des restes de patriotisme dans son cœur, il a été autodénoncé. Il a souligné la plume à tous et il les a informé le but pour lesquelles il était là. La ancienne personne de la Sécurité na pas rentre dans le pays, mais il est resté dans la diaspora, où il a combattu aux côtés d'autres personnalités.”

5. De nombreux citoyens n'ont pas exprimé leur opinion sur ce régime totalitaire. Que pensez-vous du terme „citoyen silencieuse”?

„Le citoyen silencieuse est un homme avec bon sens qui cache son chagrin dans le masque de silence, ou de la peur, ou de ne pas nuire à ses proches. La plupart des citoyens roumains ont refusé de coopérer avec la nomenclature de partie et de la Sécurité accepter tacitement l'état des choses dans une société où le parti-état avait discrétionnaire tout le pouvoir. Dans un climat de terreur, de peur et d'insécurité personnelle, beaucoup de gens ont approché le tactique de silence, soit de l'opportunisme ou de l'horreur des châtiments quel les attend et leurs familles, dans le cas contraire. La plupart des gens se sont adaptés à la nouvelle situation politique imposée par le régime communiste totalitaire, mais a accumulée un mécontentement croissant, qui va générer les grandes actions du Décembre 1989.”

Articol citit de 988 ori.

Alte articole