Corneliu Coposu Fan Page

[FR] Marcus Claudiu – „Destin d'un champion”, traduit par PML

Înapoi la Lucrările Câștigătoare

(RO: Marcus Claudiu - "Destinul unui campion")

Marcus Claudiu, 17 années, classe a X a B
Collège Technique de Transport Ferroviaire „Anghel Saligny” Simeria,
La Chaussée Nationale, Simeria, Hunedoara
Coordinateur de l'enseignant, IVAN Mariana

Le siècle dernier, par la „richesse” de la terreur, l'horreur et les victimes, a été l'hôte de plusieurs personnalités qui ont marqué l'histoire par l'esprit, les actes et la mort.

Parfois le contact avec des preuves impitoyable de l'histoire réveiller la conscience de soi nationale d'engourdissement de routine qui nous entoure avec une palette luxuriante de questions délicates, qui patronne chaque jour par terne, désillusion, pessimisme, et la non-action.

Comme quelconque peuple situé à interférences les sphères d'influence politique, économique, sociale et culturelle du monde, nous, avatars soussignés de Traian et Decebal – une contradiction dans les termes, les pôles antithétiques qui s'attirent, nous sommes sur cette terre quelques heureux du destin. Ce bonheur métaphorique nous devons à nos ancêtres, pur qui ont rarement esquissé une révérence profonde.

Nous, les futures oublient quels petits actes nous pouvent faire contrairement à eux et à peine reconnaître notre néant face de leur grandeur.

Corneliu Coposu ... un champion devant nous et de Dieu. Les fées ils ont accordé une trajectoire rectiligne, sans détours, parmi les barrières d'obstacles élevé d'un système utopique, prédestinés à l'échec. De trop patriotisme et d'une exubérance de principes moraux, le destin de chef de PNȚCD connu des moments cruciaux, d'une importance capitale pour la Roumanie.

Il l'a fait à s'écouler encriers entiers d'encre en lettres d'une vitalité réelle, dans les fichiers de sécurité qui reconstituer en détail chaque mouvement de lui et plus tard dans les journaux post-Révolution.

Issu d'une famille avec la prestance d'honorabilité: son père, Valentin Coposu était monsieur l'Archiprêtre gréco-catholique de Şamşod, assesseur consistorial et archidiacre, docteur en théologie, spécialisé dans la langue araméenne (langue de Jésus), ami et proche collaborateur de Iuliu Maniu, sa mère, Aurelia Coposu, était la fille de monsieur l'Archiprêtre gréco-catholique, Iulian Ancean de Ciolt. Sainteté, l'honneur, le devoir, le bonheur et la justice sont les points forts qui l'ont conduit à la vie et le propulse dans la sphère de la „Excelsior” ... à Dieu.

Corneliu Coposu est fasciné par la personnalité de Iuliu Maniu, le dirigeant – fondateur de la PNȚCD –, s'approprie les principes démocratiques du programme de développement de la société après une guerre tellement dur, devient leader, dissident, une personnalité qui a marqué l'histoire avec le prix de son liberté.

Une fois avec l'installation du sombre régime totalitaire, persécution psychique de Corneliu Coposu devient l'objectif principal. De 14 Juillet 1947 Corneliu Coposu devient le plus important adversaire qui met en danger le système communiste et sa „Sûreté”. Devient persécuté et pour la sécurité de communisme est „exilé” dans „studio” numéro 12: lit de béton, de barbelés, de bars et la perspective d'un mémorial de la douleur. Emprisonnement, un processus dépliée le long de quinze années, était un moyen de répression et d'isolement. Le manque de preuves contrecarré mais les manœuvres d'enquêteurs.

De Jilava dans Aiud, á Sighet, á Gherla et á Râmnicu-Sărat, Corneliu Coposu a fait la phase de réhabilitation, ses amis suivent le même chemin, se est éteint de la vie. Ici commence et se termine l'exil de l'intérieur. Le traitement du prison devient ineffable. Le monologue intérieur a été sauvé de la folie. Pseudo-alimentaire donné étincelle l'espoir. Pendent quinze ans, la prison communiste c'était l'enfer, non seulement pour le chef de PNȚCD, mais pour toute une génération d'intellectuels, des gens dont les idées et les principes étaient contraires la dictature communiste. Réhabilitation les transformer en mutilés du destin. Personnes en bonne santé, intacts, avec des principes sont devenu malnutri, „gangrène”, mais leur âme et leur morale reste intacte.

Vivez l'absurdité d'un système qui tente et parfois réussit inoculation d'un esprit de servitude, de marionnettes avec muselière, qui arrête l'énonciation, lui restreint la liberté de parole, le pensée, et lui grince son âme ... Vivre la douleur à paroxysme, la douleur physique et spirituelle, mais sa verticalité et ces valeurs spirituelle sauve la chute dans le corps.

De la prison à la détention à domicile, à partir de interrogatoire à la surveillance continue, Corneliu Coposu avait gagné. Un homme charismatique, semblait destiné par Dieu pour le Millennium deuxiem, Corneliu Coposu créer par la constance et par l'esprit de sacrifice une personnalité basée sur des principes solides, la ténacité et un patriotisme qui avoir en voir d'ouvrir notre monde à la civilisation apollinienne, et ne pas aux dionysiaque communiste qui a terrorisé la société roumaine près d'un demi-siècle.

Rêve de chute du Rideau de Fer devient un idéal réalisé, mais le cauchemar continue son parcours sans relâche à travers la scène politique post-révolutionnaire, qui était encore dominée par les réminiscences communiste; qui était réfractaire au idées innovantes de l'alignement de la Roumanie au normes de développement requis par la civilisation européenne: l'adhésion au NATO et UE, la liberté de conscience, la privatisation et la restitution des richesses confisqués du communisme. Encore une fois, en l'opposition, Corneliu Coposu a rejoint une exercice d'émulation avec la capacité installée à la suite de la victoire contre la dictature de Ceaușescu.

Son passage dans l'éternité renforce l'idée du président morale de la Roumanie, parce que par flash-back, nous voyons comment son apparence démocratique perturbé le postcommunisme lui-même qui doit restaurer le rênes de la direction de la démocratie; puis „Son char grecque” ne serait pas perdu dans le désert de la bataille pour la puissance. Il peut être géré dans la tradition de Iuliu Maniu celle d'ouvrir les yeux des roumains aveuglés par l'illusion de la sauvegarde.

Il est un champion dont son succès trop peu peut le discerner. Pour lui les insultes sont des offrandes, la morale – une vertu d'un homme droit, et sa vie politique une victoire dans le ciel et dans les âmes des gens honnêtes qui mettent leur vie au service de l'idéal suprême.

Aux Corneliu Coposu ... éternelle mémoire, vous, le Président morale de la Roumanie de hier, d'aujourd'hui et de demain, vous le heureux, qui êtes échappé de l'enfer politique de la troisiem Millennium. Si son mentorat serait appréciée à sa juste valeur, nous avons eu plus de chances dans le monde. Ouverture à l'universalité il l'accomplit par la reconnaissance au niveau politique Européen, a été nommé en mai 1995 Officier de la Légion d'Honneur de la République Française par l'Ambassade Française à Bucarest.

Il est tragique quand trop tard nous réussissons à apprécier les vraies valeurs ... il est tragique que nous avons besoin de la mort pour devenir des modèles, des personnalités ... champions du destin, les perdants de la cécité et de le silance.

Articol citit de 1394 ori.

Alte articole