Corneliu Coposu Fan Page

[FR] Le patrimoine de Maniu - Florin Cuc, traduit par PML

Înapoi la Iuliu Maniu 1873–1953

(RO: Moştenirea lui Maniu - Florin Cuc)

Iuliu Maniu était l'un des principaux hommes politiques de la Roumanie moderne. Est resté dans l'histoire comme l'artisan de l'Union de la Transylvanie avec la Roumanie, il a laissé, par testament, sa fortune au Diocèse Gréco-catholique d'Oradea. Par intérêts obscurs, autorités du comté Sălaj obstruction même aujourd'hui la restitution des terres et des bâtiments qui appartenaient au grand politicien tué en prison par les communistes.

Un homme pour l'histoire

Iuliu Maniu est né le 8 Janvier 1873 à Bădăcin, village Pericei, près de Șimleu Silvaniei, et est décédé le 5 Février 1953, à la Prison de Sighet. Il a travaillé comme avocat au Diocèse Gréco-catholique de Blaj, a été élu au Parlement de Budapest et a été plusieurs reprises le Premier Ministre de la Roumanie et Président du Parti National Paysan.

Jeune Maniu a fait l'école secondaire au Zalău, et celles universitaires (Faculté de droit) à Cluj, à Budapest et à Vienne, où il est devenu docteur en droit en 1896. Retourné en Transylvanie, il était installés à Blaj, où il a commencé à travailler comme l'avocat de l'Eglise Roumaine Unie avec la Rome. Il a commencé sa carrière politique au sein du Parti National Roumain de Transylvanie, a été recruté, en 1897, à seulement 24 ans, au Comité directeur. Dans les conditions difficiles de la discrimination sociale et politique de la Monarchie Austro-Hongroise, a été élu, en 1906, membre du Parlement à Budapest, le travail parlementaire révélant le courage et l'intransigeance. En collaboration avec les personalites de première taille du mouvement national roumain de Transylvanie et du Parti National Roumain, comme Vasile Goldiș, Gheorghe Pop de Băsești, le futur patriarche Miron Cristea et d'autres, Iuliu Maniu participé décisif dans l'unification de la Transylvanie avec le Vieux Royaume. Dans le discours qu'il a prononcé à l'Assemblée Nationale à Alba Iulia, Maniu a déclaré: „Nous regardons en réalisations de notre unité nationale comme un triomphe de la liberté roumaine”. Parti National Roumain de Transylvanie a été rejoint, en 1926, par le Parti Paysan de Ion Mihalache former le Parti National Paysan. Iuliu Maniu a été président du parti (1926 – 1933 et 1937 – 1947) et trois fois Premier Ministre de la Roumanie, entre 1928 et 1933.

Dans le dernière décennie de sa vie, il a été impliqué dans la politique comme un opposant au régime d'Ion Antonescu, puis – après le 23 août 1944 – il se battus contre la prise de contrôle du pays par les communistes, un processus par lequel il refuse d'accepter, une confiance excessive dans le soutien des puissances occidentales. Il a été arrêté par les autorités communistes et jugés pour „haute trahison”, le processus a commencé le 29 Octobre 1947. Par la peine de la date de 11 Novembre 1947, Iuliu Maniu a été condamné aux travaux forcés, à perpétuité. À 75 ans, était pratiquement une condamnation à mort. Iuliu Maniu est décédé le 5 Février 1953, dans la prison de Sighet, son corps a été jeté dans une fosse commune dans le cimetière de la prison. Iuliu Maniu a été l'un des principaux hommes politiques entre les deux guerres mondiales. Victime du régime communiste en Roumanie, il est vu par beaucoup des roumains, pendant les dures années de la dictature stalinienne,comme un symbole d'espoir et de désir de liberté. „... Ils échouent de m'intimider, je ne veut pas dévier de mon chemin, mes décisions je ne change pas, ce que je pense c'est ce que est bon pour le pays et la nation, ce qu'ils font” – a été l'un des déclarations qui définissent le mieux le Iuliu Maniu.

Testament

Homme très fidèle, il a laissé, par testament, sa fortune au Diocèse Gréco-catholique de Oradea, qui détiennent une grande partie des paroissiens de comté de Sălaj. Le 8 Février 1941, il dicta son testament au notaire Nicolas Ioanes à Brasov.

„Soussigné Iuliu Maniu, résidant dans la Bădăcin, résidant actuellement à Bucarest, Rue Vodă Caragea, 27, avec l'esprit clair et sans entrave, dispose dans le cas de ma mort par ce testament ces: Âme je dédie Tout Puissant Dieu, tout mon dévouement et au-delà de la tombe mon peuple roumain beaucoup essayaient, et mon amour je lie avec mes frères et neveux et avec mes bon amis que même dans les pires persécutions ils ne m'ont pas abandonné dans la voie lourd ce qui m'était destiné par le sort. En ce qui concerne ma richesse, … usufruit de la rente entière qui restera après moi sera que ma chère soeur Cornelia Maniu vivra (la sœur de Cecilia), domicilié à Blaj, résidant dans Bădăcin. L'ensemble du domaine, les maisons, les bâtiments, tous les bâtiments dans les villages Șimleu, Bădăcin, Lompirt et Ilisua avec tous le fond intacte vivant et mort, avec toutes ce que appartient á ces réalités je laisse et deviendront la propriété de vénérable Consistoire Episcopat Gréco-catholique Roumaine à Oradea pour les besoins de l'ordre de religieuses roumaine Gréco-catholique franciscaine qui comprend ma soeur Cornelia. Si cet ordre au moment de ma mort, ne sera pas organisée, je veux être organisé, et cette propriété sera conservé comme «Fundation Ioan, Clara et Cornelia Maniu». Sur la propriété de Bădăcin d'organiser une monastère de nonnes visent à encourager et à former de jeunes soins roumaine gréco-catholique et pour s'occuper de malades... Si le vénérable Consistoire, aurait empêché d'aucune raison de mettre en place cet institut, la propriété doit être utilisé à d'autres fins culturel roumain et de charité.” Ce sont les parties les plus importantes des fragments de le testament du grande homme politique Iuliu Maniu.

L'Héritage

Florin Jula, l'avocat de Diocèse Gréco-catholique d'Oradea, avec une grande bonté, nous a fourni des documents qui atteste le de plus au-dessus, respectivement le testament de Maniu, sa session de réhabilitation, qui annule la confiscation des biens, et le certificat de héritier en faveur de la Diocèse Gréco-catholique d'Oradea. „Par la décision no. 40 de cas no. 3/1998, dans 12 Octobre 1998, la Cour Suprême de la Justice de Roumanie a ordonné la réhabilitation de Iuliu Maniu” et „supprime la peine complémentaires de confiscation d'actifs”. „Á Bădăcin, il a construit une belle école, que nous avons besoin de récupérer. Son intention était de construire aussi une église, mais il ne vit pas. Des lois qui ont été donnés depuis la Révolution ont été réalisés de telle manière que ceux qui étaient au pouvoir peut voler. Maintenant, inutilement vien d'autres lois, qui pourraient restaurer la vérité, parce que ce qui était plus précieux était vandu et ils ont saisi certains biens les opportunistes de transition” – nous a dit Florin Jula.

Nos reporters l'ai rencontré à la siège de Diocèse Gréco-catholique d'Oradea même le curé de la paroisse de Bădăcin, Cristian Borz, qui a nous expliqué en détails la situation de la fortune de Iuliu Maniu.

„Après la Révolution on as toujours essayé de mettre en pratique le testament. Il ya une décision de la Cour Suprême de Justice – nous avons déposé sur tous les documents prouvant nos droits en tant qu'héritiers. Avec de grandes difficultés, nous avons réussi à récupérer environ 90% des actifs qui constituent la richesse de Iuliu Maniu. S'agir de deux maisons, l'une à Bădăcin et un à Șimleu – même celle dans lequele est né Maniu –, 90 hectares de terrain, 30 hectares de forêt et le manoir de Bădăcin, où il vivait avec sa famille. Nous avons réussi à récupérer la plupart du terrain. Bien sûr, il ya des domaines clés qui n'ont pas encore été en mesure de les récupérer, parce que, où est manoir de Bădăcin, en 1994, Conseil du Comté Sălaj loué quatre acres et demi, y compris le manoir, pour l'Inspection pour Handicapés, sur 90 ans, sans demander à personne, même si, depuis 1990, la volonté de Iuliu Maniu a été rendu public. Il existe maintenant une maison – il ya environ 150 enfants gravement handicapés qui y vivent. Il ya eu la construction et cet terrain nous ne récupérons pas. Il sont plus récupérables les autres terrain, respectivement 10 hectares dans la village Sărmășag, mais la Mairie a divisé aux les gens, même si on savait que contenant le testament. Le truc c'est que au Sărmășag, après le jugement rendu par la Cour Suprême, la Diocèse est devenu le propriétaire, est tabulée et dans le Registre Foncier, mais le Maire a émis des titres de propriété et les gens disent: «Nous avons reçu le terre de la Mairie», et ils ne veulent pas quitter. Le moyen le plus simple serait que la Mairie demande d'annulation des titres, mais ne se souhaite pas cela. Des cas de ce genre sont aussi à Bădăcin, où une personne utilise la terre encore, même si il n'a pas de papiers pour ele. J'ai lui ait envoyé une lettre, j'ai lui ait fait la plainte à la Police et à la Mairie, mais il a refusé de libérer le terrain. Ne pas encore remis la manoir de Bădăcin et le terrain afférente de la, quatre acres et demi, en plus la maison où il est né Iuliu Maniu à Șimleu, divisée en six appartements. Un des appartements a été récemment musée, et trois appartements ont été vendus par la Mairie de Șimleu, ironiquement, également après la Révolution. Un a été vendu en 1994 et un autre même en 1998. J'ai récupéré la part de face, la part du musée, pendant un mois et quelque chose je l'ai reçu et nous voulons rester encore du musée. L'espace est grand. Nous avons pensé à le partager, une part rest comme musée, et une autre part comme librairie ou la céder comme le siège du Parti National Paysan Démocrate Chrétien, parce que nous avons un devoir moral envers eux.”

Pour se moquer de droit de la propriété

„J'ai postulé et pour recevoir une indemnité, en vertu du Lois 247, mais probablement par les processus va tout régler. Nous avons deux chambres – ironiquement, loué, dans le manoir du Iuliu Maniu, qui sont disposées comme une chapelle, où ils opèrent la Paroisse Gréco-catholique de Bădăcin. Même autel est dans la chambre où Iuliu Maniu avait la chapelle personnelle. Maniu avait une sœur, Cornelia Maniu, qui était religieuse franciscaine, (Sœur Cecilia). Elle, après l'arrestation du Maniu, avait la maison d'arrêt au Șimleu, où il a été laissé mourir de faim par communistes. Elle a été enterrée dans Șimleu, mais il ya trois ans a été porté à Bădăcin, dans le cimetière de la famille Maniu, qui est près de la manoir, où il est aussi le tombeau – symbole de Iuliu Maniu. Dans la maison de Bădăcin tout est arrangé aujourd'hui comme un petit musée.”

Cristian Borz dit aussi que, en 1933, quand Maniu était Premier Ministre de Roumanie, a fait don, de sa fortune personnelle, plus d'un hectare de terain Paroisse Gréco-catholique de Bădăcin pour construire une école et un églises.

École, construite entre 1933 et 1937 avec l'argent donné par Maniu, fonctionne meme aujourd'hui. Puis, après avoir quitté l'école, à proximité, a été préparé le terre pour la construction d'une églises gréco-catholiques. Maniu a commandé le projet pour la construction de l'église, organisé la sainteté du lieu et a acheté les briques nécessaires pour la construction. Mais avec son arrestation en 1947, le projet fut abandonné. Pour Maniu a été mis en scène un processus de „haute trahison” et il était condamné à la prison pour durée de vie. Par la Décision Judiciaire no. 1988 du 11 Novembre 1947, le Tribunal Militaire de la Région Militaire II – Section I, a décidé la confiscation de richesse du Iuliu Maniu, comme la condamnation „complémentaire”. Cette mesure a été renversé de la Cour Suprême de la Justice par la Décision Pénale no. 40 du 12. 10. 1998, qui a ordonné l'acquittement du Iuliu Maniu.

Bien que Maniu exposé plus clairement dans son testament la manière d'être utilisé et distribué de la richesse et qui sont son les héritiers, son désir n'a pas été pleinement respectés même aujourd'hui. Selon les déclarations du prêtre Bădăcin, la Cour de Șimleu Silvaniei a refusé crispé a été tabulés manoir, quatre acres de terrain du Bădăcin et la maison de Șimleu Silvaniei pour la Diocèse Gréco-catholique d'Oradea. La même chose s'est produite avec les six appartements situé dans la basse-cour de la maison, même si elles ont été laissées au Diocèse par testament.

Selon hebdomadaire „Sălăjeanul” Conseil Local Pericei, de qui tenir la village Bădăcin, approuvé en 1994 (quatre ans avant la décision de la Cour Suprême de la Justice d'annuler la sentence de confiscation de la richesse du Maniu) une décision par qui quatre hectares de terres dans richesse „de Sphinx de Bădăcin” ont été transmis dans la propriété privée d'Etat Roumain, est transmis en utilisation entièrement gratuit pour une période de 99 ans pour Maison-Hôpital pour les enfants gravement handicapés de Bădăcin pour construire un hospice pour la protection de ces enfants.

Aujourd'hui, la terrain et le manoir revendiqué de Diocèse d'Oradea est donné en utilisation de la Direction générale de l'assistance sociale pour les jeunes handicapés et la protection des enfants de Conseil du Comté Sălaj, est nécessaire annulant de décision prise en 1994 des élus locaux Pericei, parce que la Diocèse entre en ces droits.

Pendant ce temps, manoir du Iuliu Maniu se dégrade chaque jour. Cristian Borz rapporté que, après l'arrestation du Maniu en 1947, le manoir est devenu le dépositaire des engrais chimiques, une partie du mobilier a été vole par les villageois, certaines parties atteignant à la Mairie de Șimleu Silvaniei. Selon le journal intime de Mihai Chifor, un proche de Maniu, le bureau et la chaise de travail de Iuliu Maniu, avec un cintre en bois sculpté, est situé à l'intérieur de la Mairie de Șimleu Silvaniei.

Par la suite, le manoir de Bădăcin a été transformé en camp pour les étudiants, et dans les années '80 a reçu la destination de maison pour les enfants handicapés. L'exception de deux chambres aménagées comme chapelle, dans le reste des chambres règne un désordre terrible, la propriété nécessitant d'urgence des réparations et le renforcement.

„In memoriam”

Selon l'avocat du Diocèse Gréco-catholique d'Oradea, en 1999, par la disposition du Gouvernement dirigé par PNȚCD ont été alloués 100 millions lei pour réparer le manoir du Bădăcin. Prêtre Cristian Borz était personnellement intéressé au Bucarest de cet argent et il a reçu la réponse que l'argent a été envoyé aux Conseil du Comté Sălaj. Mais les représentants de ces institutions soutiennent que l'argent ne venait pas d'eux.

Florin Jula dit que, après la récupération du manoir, Diocèse Gréco-catholique d'Oradea a pour but de lui restaurer, de récupérer tout ce que peut-être des vieux objets existants ici et de lui convertir en Maison Commémorative. En ce qui concerne la construction de Șimleu Silvaniei et le six appartements dans la cour intérieur de cela, la Diocèse envisage d'ouvrir ici encore un musée dédie aux l'homme politique Iuliu Maniu. L'un des appartements de la maison du Șimleu, ont abritera la rédaction de la revue de culture chrétienne „Fleur de lys”.

Pour obtenir des terrains agricoles et forestières encore ne remis pas, de localités Bădăcin, Lompirt et Șimleu et pour manoir, la Diocèse Gréco-catholique d'Oradea déposé des demandes de revendication en vertu de la Loi 247/2005 et s'attendent application de la loi pour que la Diocèse pouvoir entre dans les droits. La note dominante de la vie et d'activité de Iuliu Maniu était la lutte dans l'opposition. Aucun homme politique n'a pas égalé dans ce domaine. C'était un vrai maître, ayant des qualités natives, mais aussi d'un art, bien étudiés et acquisés. Il ont le plaisir de combattre durablement, pour l'épuisement de l'adversaire, puis il applique le coup décisif. Certains ont surnommé „Cunctator”, qalificatif attribué à l'homme politique latin Fabius Maximus Verrucosus Quintus, devenu dictateur et „Pontifex Maximus” (216 – 203 av. C), qui, par ses tactique de temporisation et de désengagement de l'affrontement ouvert avec Hannibal, a créé les prémisses de broyage les forces carthaginoises en Italie et de la destruction, après une longue lutte au harcèlement. Dans la société roumaine entre les deux guerres, dans lesquelles tout le monde se pressé, visant à atteindre plus rapidement le résultat souhaité, Iuliu Maniu était „Le Cunctator”, ralentissent, l'homme qui avait comme principal allié le temps. Tants critiques pourrait porter ce style de combat politique, il est clair que le régime démocratique en Roumanie doit beaucoup à Iuliu Maniu. La persévérance avec laquelle il a observé et critiqué les erreurs du pouvoir, écarts par rapport aux normes juridiques et de l'éthique chrétienne, son intransigeance empêché ou limité les tendances autoritaires qui se manifestent dans la société roumaine depuis la première décennie entre deux-guerres. Il a brandi la bannière de la démocratie dans les années 1938 – 1944 et 1945 – 1947. Il l'a fait par conviction, avec patience et persévérance, sans un intérêts matériels, mais le désir de donner une dimension morale à la vie politique roumaine, ce qui n'était pas le moins dans ce contexte historique.

Florin Cuc, iuliumaniu.ro

Articol citit de 1637 ori.

Alte articole